11 avril 2005

Edith Wharton

Souvent chez Edith Wharton, on trouve de petites descriptions "d'ouvrages de dames" qui en disent long sur le caractère des dites dames.


L'ECUEIL, Christian Bourgois éditeur
Mme de Chantelle règne sur le chateau de Givré, gardienne des conventions étouffantes qui ordonnent la vie de sa belle fille et de ses petits-enfants.
" Parmi les fleurs et les meubles anciens de la vaste pièce aux boiseries claires, Mme de Chantelle avait l'élégance inerte d'un personnage introduit dans une "nature morte" afin de donner l'échelle. (...) Elle était de ces personnages qui s'opposent d'instinct à toute suggestion de changement, pour, une fois épuisés vos principaux arguments, se rendre inopinément à quelque petite raison mineure et défendre alors obstinément leur nouvelle position. Elle se vantait de ses préjugés d'un autre temps..."


" Elle reprit le fil de son papotage anodin et le poursuivit au rythme de son tricot. Sa conversation ressemblait à l'ouvrage aux points lâches qu'elle avait entre les doigts : de temps à autres, elle laissait s'échapper une maille et continuait, indifférente au trou dans le modèle."

( une vision d'horreur comme le confirment vos commentaires, qui aurait bien eu sa place dans un livre comme "Frankenstein" )

ÉTÉ, éd. 10/18
Charity Royall n'a jamais connu que la petite ville isolée de North Dormer mais elle aspire à autre chose. Pour s'éloigner du tuteur avec qui elle vit, elle a obtenu le poste de bibliothécaire de la ville. En vérité elle se trouve plantée au milieu de quelques livres poussiéreux que personne ne vient jamais lire. Charity passe son temps à s'ennuyer et à crocheter (tellement elle s'ennuie) :

" (...) s'asseyant ensuite derrière son bureau, elle en sortit un rouleau de dentelle de coton et un crochet. Charity n'était pas un dentellière experte : il lui avait fallu bien des semaines pour faire le demi-mètre de dentelle étroite qu'elle gardait enroulé autour de la couverture arrachée à un exemplaire de l'Allumeur de réverbères. Mais il n'y avait pas d'autre manière de se procurer de la dentelle pour garnir sa blouse dété, et depuis qu'Ally Hawes, la fille la plus pauvre du village, s'était montrée le dimanche au temple avec un corsage ajouré, le crochet de Charity avait travaillé plus vite. Elle déroula l'ouvrage, s'attaqua à une maille et se pencha sur sa tâche en fronçant les sourcils. "

Merci de considérer les extraits comme un partage d'émotions (émotions=le carburant du lecteur pour lire et se procurer un livre).

7 commentaires:

  1. Mmmmh, pas très sympa comme description de tricoteuse, mais c'est peut-être du vécu ?
    Sandrine Tricofolk

    RépondreSupprimer
  2. Pourvu que je ne ressemble jamais à cette tricoteuse...

    RépondreSupprimer
  3. Elle est pas bien cette fille ????

    RépondreSupprimer
  4. Mais c'est génial Edith Wharton! A lire absolument. Classique du début du 20° siècle. Cette riche américaine a du bien s'ennuyer... Elle a vécu en France, et dans le Val d'Oise même! Ce département est d'ailleurs riche des traces d'écrivains morts ou vivants...

    RépondreSupprimer
  5. Edith, quel génie!
    Bravo pour le Blog, je me régale !!!

    RépondreSupprimer
  6. Au secours... heureusement que toutes les tricoteuses ne sont pas comme ça!... Enfin, je l'éspère :o)

    RépondreSupprimer

Votre commentaire apparaitra après validation mais Blogger ne me transmet pas votre adresse mail... si vous posez une question dans les commentaires j'y répondrai à la suite par un nouveau commentaire.

LinkWithin

Blog Widget by LinkWithin